Tout un challenge que de vous parler de moi…
de mon parcours, de ce cheminement intérieur qui mène à embrasser l’Art de vivre sa vie consciemment, dans cette liberté d’être en communion avec tout ce qui est, éveillée à la simplicité de ce qu’on appelle l’instant présent.

Je ne parle et n’écris qu’à partir de ma propre expérience privilégiant la perception directe de ce qui se vit, ce qui se joue.
Je partage ici, succinctement, un parcours atypique qui n’est pas une forme d’exhibitionnisme mais plutôt une invitation à entrevoir que tout est possible, tout peut se reconstruire, en gardant les yeux et les oreilles grand ouvert. Nous sommes tous confrontés à des défis dans divers domaines de vie, vous seul pouvez veiller à ne plus rester victime, en vous faisant accompagner à prendre soin, changer, transformer les blessures, les schémas du passé ! A re-trouver le goût, l’élan de vos besoins et aspirations véritables, connecté à votre beauté. 

Passionnée inlassable depuis mon plus jeune âge par tout ce qui concerne l’Homme et l’humanité dans son ensemble, au coeur, à l’écoute de ce qui se vit… poussée et nourrie à la fois par le besoin de compréhension et le besoin d’apaisement, ces élans m’ont portés dans la démarche toujours plus profonde de co-naissance de soi, vers soi-m’aime. Dans ce parcours, j’ai été amenée à réunir des outils simples et concrets qui favorisent le ressourcement, une approche visant à re-trouver un équilibre global.

Enfance : Je suis née en France dans le Rhône le 6 février 1973, aînée d’une fratrie de trois enfants, hypersensible et enfant « intellectuellement précoce », dotée de surcroît d’aptitudes naturelles peu communes que je ne pouvais ni maîtriser ni comprendre à cette période là, ne me reconnaissant pas dans un monde extérieur où je vais vivre des violences directes (phénomène de groupe, prise à partie ouverte) et indirectes (isolation sociale) durant la primaire (3 ans) suite à un saut de classe, agressions hélas, soutenues par l’enseignante, revécus dans d’autres circonstances plus tard. Grandissant dans un milieu familial pris dans des débordements émotionnelles (peurs/colères), face à ses insécurités récurrentes, ne trouvant pas d’écho à mes questionnements intérieurs, au prise à de profonds désarrois, dans des moments de solitudes insondables où le désir de « partir », le souhait de mourir va se faire de plus en plus présent, je vais commencer à décrocher du monde qui m’entoure tout en parvenant à donner le change à mon environnement qui ne verra, ou ne voudra jamais voir le mal à vivre, l’incompréhension dans lesquels je suis. C’est autour de 7/8 ans que je vais vivre mes premiers « retournements » conscients. Dans ces moments d’ultime détresse, pleurant toutes les larmes, sanglotant en silence, une bascule se fait, se réalise, dans l’espace de l’impersonnalité, un chemin d’accès à la paix, à la joie, s’ouvre. Je me sens baignée, bercée, accompagnée, aimée dans quelque chose que je goûte alors comme merveilleux. Je ne sais pas encore que je vis des « graines » d’éveil, je vais appeler ça, « ma bulle d’amour », un monde que je vais me mettre à croire imaginaire (n’ayant pas les moyens de comprendre vraiment ce que je vis, ni d’en parler). 

Les années passant, je vais donc vivre régulièrement ses basculements, alors que dans le même temps, mon énergie de vie retenue, bridée, muselée par de multiples fractures intérieures va me mener à vivre à l’adolescence, à ce qui va apparaitre comme un décrochage scolaire au collège, un effondrement, sabordant mes compétences, basculant dans une forme d’inhibition intellectuelle, mais qui s’apparente plutôt à un burn out (trop plein émotionnel, épuisement physique et moral). Le fait de sortir du système scolaire l’année du bac, cumulant job alimentaire à l’année et animations dans des centres sociaux en période de vacances scolaires (titulaire du BAFA) pour vivre une autonomie financière et sortir du milieu familial tout en continuant en autodidacte des études en science médico-social vont me permettre de me réapproprier, réapprivoiser mes facultés « scolaires » et de me présenter en candidat libre aux épreuves nationales, les aptitudes naturelles restant alors en latence durant encore une dizaine d’année, bien que quelques rencontres, quelques mots, quelques visions m’y ramenaient invariablement.

Pour planter un peu plus le décor, en parallèle (pourquoi faire les choses à moitié ?!), je m’extirpe à 22 ans d’une relation toxique et aliénante, qui entrait en résonance bien entendu avec ce passé à l’empreinte émotionnelle douloureuse. Je me retrouve seule avec ma fille de 16 mois, pour moi, pour elle, je décide de vivre et de me reconstruire, je choisis la Vie ! Je vis toujours ces pleins moments d’éveil et quelques expériences extra sensorielles dont je ne parle pas, mes rares tentatives étant inexorablement réduites à néant par mon environnement d’alors, à l’exception de mon partenaire de vie. Je poursuis toujours mes recherches commencée à l’adolescence concernant l’être humain, sa psyché, son environnement, pour me comprendre, pour le comprendre, pour communiquer dans la bienveillance, à trouver des moyens, des outils pour sortir de la souffrance que je perçois partout dans cette humanité qui évolue majoritairement par non conscience à la beauté qu’elle est, à partir des peurs et de la prédation. Je vis alors, centrée sur l’instant présent, dans une dynamique basée sur le respect et l’écoute de Soi, cependant accaparée dans le quotidien, bénévole, secrétaire dans des associations de village/quartier, je n’entreprends pas encore de résoudre les troubles et difficultés émotionnelles, les drames, les souffrances du passé, c’est-à-dire à panser les plaies béantes et soigner les cicatrices, bien que je les perçoivent. En gros, je ne sais pas encore quoi en faire, ni comment m’y prendre.

On arrive à la rentrée 2005, j’attends un quatrième enfant, tout va bien, jusqu’à ce que le coeur du bébé s’arrête en milieu de parcours, interrompant la grossesse. Cet événement va alors bouleverser mon parcours, en réactivant, intensifiant mes aptitudes naturelles laissées de côté, « qui suis-je » ? ou plutôt « qu’est-ce que je suis ? » qu’est-ce qu’est cet espace où tout fusionne dans l’un, réunifié ? Des questionnements qui reviennent en force dans mon quotidien, je deviens alors membre quelques mois de l’asbl douance.be et de l’aadrad (associations concernant la douance), ce qui va grandement contribué à me remettre sur les rails de la confiance ! 
Je fais alors le choix de suivre le flux d’énergie, le flux du vivant en moi, le courant de l’aisance. Rencontrant de nouvelles personnes, mon environnement relationnel et quotidien changent, de nouveaux horizons se profilent alors, je mets enfin des mots sur ce que je vis quotidiennement depuis l’enfance, comprendre cette bascule, ces retours à ce qu’on est au plus profond et qu’on appelle éveil.
Ces nouvelles rencontres, de par leur authenticité, leur écoute, m’ont aidées, guidées, soutenues dans l’affirmation de mes élans. Mon élan essentiel étant de contribuer à soulager, enseigner, partager une guidance vers un mieux être ou pour aller plus en profondeur, découvrir l’or caché derrière le plomb de nos vies, découvrir la liberté d’être en communion avec l’ensemble de ce qui est.

Depuis 2008, je propose un accompagnement personnalisé. Mon parcours de vie, mes expériences, compétences et facultés plurielles, mes connaissances multidimensionnelles sont des outils utilisés en synergie pour contribuer à prendre soin de Soi, simplement, naturellement.
Depuis 2011, j’ai mis en place une infolettre, les Happy letters \o/, sous forme d’abonnement libre que vous pouvez retrouver sur le site.
Mes dernières formations depuis 2006 : 3 années d’études en médecine traditionnelle chinoise Shao Yang Lyon, cursus selon le programme de l’université de Cheng DU (RP de Chine), formation Tuina et diététique en médecine chinoise, étude et formation à la méthode sophronique d’éveil des centres (chakras) à l’institut de sophrologie Qi-libris Paris(durée 1 an), formation sur quelques mois à l’éveil créatif par le mandala avec un artiste peintre, atelier Rayth Bellenave, formation en réflexologie faciale Dien’ Cham’ à CLK formation, formation d’animatrice en Yoga du Rire avec François Freymann, « Arts, rire, clown et compagnie ». 

En parallèle à ces formations se vit tout un processus de guérison intérieure, de reconstruction, d’épanouissement, j’intègre pas à pas un passé dérangeant, un vécu émotionnel douloureux, j’apprends à faire alliance avec mes peurs, en d’autres mots, je me donne les moyens de résoudre mon passé tout en développant mes forces, et ses aptitudes extra sensorielles que j’expose à la rubrique concernée. Un travail qui m’a demandé constance et régularité. La communion aboutissant à la dissolution des blessures émotionnelles de nos parts intérieures. Plus rien ne se vivant comme séparé, notre vrai nature se réalise lorsque la personne se défait de ce qu’elle croit, de ce qu’elle se pense être.
Un recueil est en cours de réalisation.


Cet espace est une invitation à prendre soin de vous !