Happy – 519

Hello, comment allez-vous ?

OLA, OUI DÉJÀ la nouvelle année est là ! Il me semble que tout passe vraiment très vite… Tout d’abord mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Je vous souhaite particulièrement pour 2020 une connexion profonde avec vous-même. 

J’ai passé les derniers mois à faire un grand ménage, à récupérer au maximum l’énergie, à solidifier, fluidifier, affirmer de façon pleine et entière les vraies structures de ma vie, la base, les valeurs et ce en quoi je crois. Et je dois dire que le processus est beaucoup plus prenant que je l’avais anticipé !

 
 

Pour se permettre un vrai choix, il s’agit de ralentir, d’arrêter la course réactive pour se donner le temps de ressentir, avec son coeur, avec ses « trippes », ce que l’on veut vraiment, de cette réponse authentique, l’action se pose.

Christelle Branchet – Happy letters 519

Version audio

 

Photo de Jared Rice sur Unsplash

 

Happy – 518

Finalement pour que ce soit plus pratique, je publie ici le commentaire légèrement modifié que je viens de laisser sur la page du happy précédent. Si vous avez des témoignages de vos vécus, des petites ou des grandes expériences, n’hésitez pas à les partager. Ils peuvent être source d’inspiration, d’encouragements. 

Donc, oui, prendre le temps de… quelques instants pour soi, sans culpabilité, sans anxiété, sans honte, sans simplement se sentir fautif de s’occuper de soi. Enlever le jugement de soi-même pas à pas 😉

Alors donc repartir à la conquête de cet espace, c’est comme retrouver la force de vie qui nous anime, il n y a pas de « bonne » manière, cette force se distingue de manière unique chez chacun -e. Et ça c’est une bonne nouvelle… nous retrouvons nos propres règles et commençons à oser les affirmer dans nos « vérités relatives »… c’est bien souvent là que ça se complexifie, cela signifie qu’il va bien falloir prendre de l’autonomie 😆 C’est un peu comme un engagement envers soi-même, un don de soi à soi qui revient à la question, que voulons nous faire de notre vie ?
 
Commencer à petit pas est un bon début. Prendre un vrai RDV avec soi-même. Si à la base, nous ne nous posons pas avec nous-même, difficile de voir/savoir/ressentir/recevoir ce qui nous fait envie.
Moi, je pratique plusieurs activités pour me retrouver car je fonctionne de façon éclectique, notamment ainsi qu’Isabelle, de l’expression artistique. Sous différentes formes (techniques mixtes) car j’aime explorer et comprendre le fonctionnement des choses et en même temps, cette façon de « patouiller » de façon cathartique ou de carrément structurer ce que je fais permet de renouer avec mon intérieur et de tenir entre autre un journal suivant mes besoins du moment (donc suivant mes ressentis/sentiments/pensées).
 
Il est aussi vital de bouger son organisme/corps suivant bien sur son propre rythme, là aussi, exit les comparaisons avec les autres (ces comparaisons qui nous violentent et nous mutilent intérieurement, accentuées par la compétition que nous avons appris à l’école), chacun son propre tempo, et ce tempo peut changer, fluctuer suivant les événements, suivant son vécu. Les exercices de Qi gong ou Do in sont très bien. Si c’est la danse qui est pratiquée ou la marche, ou je ne sais quoi, c’est très bien aussi. C’est toujours dans la mesure de sa propre vitalité… et donc une autre façon d’être là encore en rendez-vous avec soi même pour écouter la réalité du corps, la réalité du quotidien. Et puis il y a le silence… prendre quelques instants, 1 min plusieurs fois dans la journée de recueillement/reconnection intérieur pour se ressourcer.
 
Nous ne sommes pas, contrairement à ce que nous pouvons voir à travers la matière, dans un monde linéaire, nous sommes dans un monde comportant de multiples dimensions, ça joue donc dans toutes les directions. Il est donc essentiel de retrouver vos propres règles en comprenant que tant que nous n’avons pas pris le temps d’aller à notre propre rencontre, nous jouons à majorité les règles des autres. (système de croyance mis en place dans l’enfance/adolescence)
 
Bon début de semaine 🌞
Christelle
 
 

 

 

Happy – 516

L’Essentiel, c’est être à l’écoute de mes possibilités, les vraies ! 

A simplement voir et reconnaitre ce possible manifestable, dans le cadre d’un potentiel source qui n’appartient qu’à moi, le potentiel qui fait ma spécificité dans ce monde.

Puis de laisser vivre la force de vie qui m’anime, ces possibilités telles qu’elle sont, en les réalisant, les affirmant dans l’action, c’est-à-dire en laissant se faire leurs mouvements concrets dans la matière. C’est l’action qui libère, avec le temps, dans la durée ma confiance augmente. Je retrouve la/ma véritable autorité, le potentiel source qui vient de l’intérieur. 

Et vous ? Comment voyez-vous l’essentiel ?

 

Photo par chuttersnap sur Unsplash

Happy – 514

Maintenant, et de plus en plus souvent,

je fais le choix d’être en confiance avec mes propres capacités, je suis confiant et sincère avec ce que je ressens… je m’aligne ainsi avec la clarté de l’évidence… Je me souviens que la confiance, le fait d’oser affirmer mes propres choix, est là, pour toujours, éternellement présent.

Cela ressemble aux premiers pas… dans la spontanéité de l’instant.

 

Photo par Jeremy Bishop sur Unsplash

Happy – 512

Tu vois, c’est simple 😉 C’est aussi pour cette raison que « ça » apparaît si compliqué, parce que l’absolu (simple) et le relatif (compliqué) fonctionnent ensemble.

L’écoute, c’est une question d’apprentissage, on nous a plutôt appris depuis des générations la non écoute, la non reconnaissance du ressenti, ou même carrément on nous a inculqué que ce qu’on ressentait était faux/erroné et que c’était plutôt comme ci ou encore comme ça qu’il fallait ressentir et réagir ou pas, suivant telle ou telle situation… gluck, un simple étranglement !! Ce qui nous décale et base nos vies sur du mensonge, c’est juste ainsi.

On a prêté, donné foi à ce que nous disait l’extérieur et crée en nous tout un système de fausses croyances sur nous-mêmes. C’est comme remettre ce qu’on pourrait appeler, le pouvoir, la validation, la référence, à l’extérieur de soi. Donc là, hoooop, pas de culpabilité à avoir, il n’y avait pas d’autres choix. C’était une question de survie ! 

Ce qui apparaît complexe peut se simplifier. « Mieux je m’écoute, mieux je me respecte »… A toi de voir aujourd’hui, ce que tu as envie de faire pour te relier à nouveau à ton propre système et valider ta référence, qui est à l’intérieur de toi à travers le vrai de ce que tu ressens, sans plus, sans moins, juste ce qui est là.

Ecouter, ressentir, et faire le choix d’oser respecter ce que tu ressens au quotidien, en fonction de ton GPS interne, (ta boussole, ton intuition, ton coeur, aller de plus en plus vers ce qui te fait triper, te mets en joie) et ensuite d’agir, te mènera à te rapprocher de plus en plus de ce que tu es personnellement, en chaque instant,

ou bien faire le choix de continuer dans une forme de déni, ce qui génère en regardant bien, des formes de mal aise, de mal être. 

Bon week end.
Christelle

Version audio

 

 

Crédit musique : cdk – Sunday by Analog By Nature (c) copyright 2016 Licensed under a Creative Commons Attribution (3.0) license.

Happy – 511

Une clé pour ré-unir…

Ne serait-il pas important que j’apprenne à devenir mon meilleur ami ? Qui peut m’accompagner, être présent, aussi bien que moi-même au quotidien ?

Alors voici quelques questions que je pourrais me poser :

« Où en suis je avec moi-même ?  » ou autrement dit, « Comment je me sens, qu’est ce que je ressens à mon égard ? « 

Est ce que je me donne confiance ? Est-ce que je m’apprécie comme je suis ou bien est-ce que je cherche à me changer pour devenir une vision fantasmée de quelque chose qui ne serait pas moi en finalité ? Est-ce que je participe pleinement, de façon consciente, présente à ma vie, à la vie, ou suis-je pris dans le piège du vouloir changer, entretenir, pratiquer ou encore maintenir quoique ce soit avec ce qu’on appelle la volonté.

Lorsque je m’ouvre à m’apprécier sans mettre de condition, j’exprime ce qui est là pour moi, ce que je ressens, mes valeurs, mes besoins, mes plaisirs, mes désillusions, je partage mes vides comme mes pleins ! Je « renoue » avec mon humain.

Vivre nos sentiments/ressentis pleinement, de façon authentique, permet d’écouter et d’entendre ce qui est vraiment là, sans chercher à le dénaturer. 

Bon début de semaine.

Version audio

 

 

 

Crédit musique : cdk – Sunday by Analog By Nature (c) copyright 2016 Licensed under a Creative Commons Attribution (3.0) license. 
 

 

Happy – 510

Chaque fois que je veux devenir quelqu’un d’autre, chaque fois que je crois devoir améliorer ma vie pour être mieux, pour être alors enfin heureux dans un futur complètement hypothétique, je me fais violence, je m’éloigne de mon élan de vie. Je cours à vouloir devenir parfait dans une image que je me suis fixée mentalement (dans mon imaginaire) et dont je n’ai bien souvent pas conscience, une image qui m’a été imposée par l’extérieur,  et qui devient ma référence, on appelle ça, devenir la meilleure version de soi-même. 

Mais alors, c’est quoi la moindre version de soi-même ?  C’est juste la version de soi, ici et maintenant,  la version où l’on ne s’aime pas. 

S’aimer, c’est voir finalement qu’il n y a rien à devenir, c’est se reconnaître simplement dans l’instant.

… L’engagement sincère envers soi, l’authenticité va entraîner la reconnaissance de ce qui est ressenti. Et sans déni,  là, au coeur du ressenti, en dessous de l’émotion, se situe le « vrai » point d’action, l’action juste à poser qui émerge alors d’un « non agir », puisqu’il n’y alors rien à faire, il n’y a plus de mouvement (action) intérieur liée, piégée, enfermée dans l’image imaginaire à vouloir se changer ou s’améliorer. 

Version audio 

 

Crédit musique : cdk – Sunday by Analog By Nature (c) copyright 2016 Licensed under a Creative Commons Attribution (3.0) license.